Mobilité professionnelle : toutes les solutions clé en main

Vous êtes en intérim, en CDD ou CDI, ou en recherche d’emploi ? Mais pour trouver le bon poste il faut parfois changer de ville, de région. Si cette mobilité professionnelle est un problème pour vous, de nombreuses solutions et aides financières peuvent vous aider à sauter le pas. Pôle Emploi, LOCA-PASS, MOBILI-JEUNE, APL, etc. Tout est là !

 > À la fin de l’article, téléchargez notre récapitulatif complet des solutions selon votre situation, avec toutes les coordonnées.

Les problèmes de mobilité dans la recherche d’emploi

Les freins à la mobilité signifient plusieurs choses. En premier lieu : partir loin et devoir s’éloigner de sa vie actuelle pour trouver un emploi. Ou bien, cela veut tout simplement dire vivre dans une zone mal desservie par les transports en commun, ne pas avoir de permis de conduire et/ou ne pas avoir les moyens de le payer. Ainsi, près d’1 Français sur 4 aurait déjà renoncé à un emploi faute de pouvoir s’y rendre.

 

Le manque de mobilité par peur

En premier lieu, changer de ville, quitter vos amis, votre famille, pour trouver un emploi qui mettrait enfin vos compétences en valeur, voilà un dilemme bien connu. D’autant plus que vous partez sans savoir véritablement ce qui vous attend. Cette peur de l’inconnu empêche beaucoup de personnes de partir. Car, s’en aller, c’est prendre un risque. Mais pour décrocher un poste intéressant, avec des perspectives d’évolution dans une entreprise, quitter sa ville est souvent la seule solution.

Deuxièmement, vous vous dites peut-être que vous n’avez pas les capacités pour y arriver ? Néanmoins, si vos compétences ont tapé dans l’œil d’un recruteur, ne craignez plus de sauter le pas. D’autant plus que vous serez soutenu dans votre démarche.

Mobilité : le manque de moyens financiers

Si la peur peut empêcher d’agir et de bouger, un autre problème, plus concret, est aussi la cause des problèmes de mobilité : le manque d’argent. Il n’y a pourtant rien de honteux à ne pas avoir assez d’argent pour voyager. Si bien que beaucoup de personnes sont dans cette situation, qu’elles aient déjà un emploi ou non.

A juste titre, sachant que le coût des voyages est très élevé. Dès lors, si vous passez un premier entretien, puis un deuxième, la facture peut vite s’envoler. Sans parler des frais d’hébergement et de nourriture. Pire, tous ces frais ne garantissent pas que vous décrochiez un poste. Autre exemple, si vous obtenez le poste et que vous êtes propriétaire de votre logement, avec un prêt à rembourser, là encore, les frais peuvent être importants.

 

Guide des aides à la mobilité professionnelle

Heureusement, les aides financières à la mobilité professionnelle sont très nombreuses et concernent tous les profils. Pour y avoir accès, il faut bien sûr faire des démarches. Voici donc toutes les astuces pour moins dépenser en déplacements, nourriture et hébergement (ou autres dépenses indispensables) en fonction de votre situation personnelle.

Cas n°1 : vous devez vous rendre à un entretien, un concours, une formation

Vous pouvez bénéficier d’une aide seulement auprès de Pôle Emploi et dans certaines conditions :

Si vous êtes inscrit à Pôle Emploi mais que vous ne touchez pas d’indemnités,  ou si votre allocation chômage est inférieure ou égale à l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) minimale, soit 29,06€ par jour OU si vous êtes créateur (ou repreneur) d’entreprise et que vous bénéficiez du statut de salarié de l’entreprise OU si vous allez reprendre une activité ET QUE cette recherche d’emploi ou cette reprise d’activité a pour but un CDI, un CDD d’au moins 3 mois consécutifs ou un contrat de travail temporaire.

(Source Service Public)

Dès lors que ces critères correspondent à votre situation, Pôle Emploi peut vous apporter une aide financière :

  • Si vous utilisez votre voiture, vous pouvez obtenir un remboursement de 0,20€ par kilomètre pour votre déplacement, aller et retour (le déplacement doit être à plus de 2 heures de route). Pour un entretien situé à 100 km de chez vous, cela correspond à un remboursement de 40€ (80€ pour 200 km).
  • Si vous prenez le train pour vous rendre dans une commune à plus de 60 km de votre domicile, Pôle Emploi peut en effet vous fournir des bons SNCF pour un entretien ou un concours de la fonction publique.
  • Si vous devez dormir sur place (longue distance, horaires de train mal adaptés, etc.) vous pouvez bénéficier d’un forfait hébergement (hôtel, gite, auberge de jeunesse, etc.) jusqu’à 30 € par nuit. Cependant, en cas de formation, seules celles financées par Pôle Emploi entraînent un remboursement.
  • Pour vos repas, Pôle Emploi peut vous verser 6 € par jour. Sauf si vous recevez une autre aide par un autre organisme ou l’employeur.
  • Si vous êtes un parent isolé, vous pouvez bénéficier d’une aide pour faire garder vos enfants dans le cadre d’une formation d’au moins 40 heures.

Pour toute demande d’aide à la mobilité ou autre auprès de Pôle Emploi, rendez-vous dans votre espace personnel, rubrique “Mes Aides”. La liste et les détails de toutes les aides possibles sont également disponibles sur le site Clara de Pôle Emploi.

Cas n°2 : vous devez déménager (embauche, mutation) ou rester dans une autre commune pendant une longue période

Si vous êtes salarié d’une entreprise du secteur privé non agricole de 10 salariés et plus, vous pouvez obtenir plusieurs aides d’Action Logement :

  • Si vous êtes embauché, muté ou envoyé en formation dans le cadre d’un plan de sauvegarde, vous pouvez demander une aide MOBILI-PASS. Elle se compose d’une subvention et d’un prêt à 1%. Vous y avez ainsi droit pour les dépenses que l’employeur ne prend pas en charge, sur justificatif.
  • Si vous avez besoin d’un logement rapidement suite à une embauche, une formation, une mission ponctuelle, une mutation, Action Logement propose des logements temporaires. De quelques jours jusqu’à deux ans au maximum, vous bénéficiez ainsi d’un appartement meublé aux conditions tarifaires intéressantes. Cette possibilité est en plus cumulable, sous certaines conditions, avec d’autres aides pour le logement (LOCA-PASS, MOBILI-JEUNE, APL).
  • Si vous trouvez un logement : vous pouvez demander à Action Logement l’Avance LOCA-PASS. Elle vous permet en effet de payer immédiatement le dépôt de garantie et de le rembourser au fil des mois sans intérêts.
  • Action Logement vous propose aussi la Garantie LOCA-PASS qui est une caution gratuite qui permet de rassurer votre bailleur sur le paiement des loyers. Vous vous engagez auprès de lui et Action Logement paiera jusqu’à 9 mois de loyers en cas d’impayés. Vous devrez ensuite la rembourser sans intérêts.
  • Si vous êtes muté, votre entreprise peut prendre en charge votre déménagement. Renseignez-vous auprès de votre employeur ou du service Ressources Humaines.
  • De nombreuses communes et départements proposent aux nouveaux arrivants de leur venir en aide pour leur emménagement. Cela peut aller du prêt d’une camionnette au paiement des loyers pendant quelques mois. Renseignez-vous auprès de votre future mairie et/ou département.

Si vous avez moins de 30 ans et êtes à la recherche d’un emploi :

  • Si vous êtes en contrat d’alternance, vous pouvez obtenir l’aide MOBILI-JEUNE et toucher entre 10 et 100 € par mois (en 2 versements pour 6 mois à chaque fois) pour vous aider à payer votre loyer.

Si vous êtes salarié du secteur agricole :

  • Vous pouvez obtenir l’aide AGRI-MOBILITE . Cette subvention limitée à 3200 € vous permet de faire face aux dépenses liées à votre changement de logement (frais de mise en location ou vente, notaire, etc.). Ou pour vous aider à payer un double logement pendant une durée de 6 mois.
  • Si vous avez moins de 30 ans et êtes salarié en alternance dans le secteur agricole, vous pouvez bénéficier de la subvention AGRI-MOBILI-JEUNE qui permet de payer une partie du loyer. Son montant est déduit en fonction de vos droits à l’APL.

Dans tous les cas, si vous avez des revenus modestes :

  • Si vous remboursez un prêt, là encore, vous avez peut-être droit à une aide. Renseignez-vous auprès de votre CAF.

 

Cas n°3 : vous devez utiliser une voiture pour vous rendre à vos entretiens, à votre nouveau travail

Si vous devez passer votre permis de conduire :

  • Si vous êtes inscrit à Pôle Emploi depuis au moins 6 mois sans indemnités ou si votre allocation chômage est inférieure ou égale à 29,06€ par jour, vous pouvez obtenir une aide pour payer votre permis B. Elle est de 1200 € maximum payée en 2 versements. Dès lors, pour y avoir droit : demandez-la directement dans votre agence Pôle Emploi avant de vous inscrire à l’auto-école.
  • Si vous avez moins de 25 ans, vous pouvez obtenir le prêt pour le permis à 1 € par jour. Il s’agit d’un prêt sans intérêt, dont le remboursement est de 30€ par mois au maximum. Ce prêt doit être souscrit auprès d’une banque partenaire de l’opération. Vous devez par ailleurs choisir une auto-école  conventionnée. Toute la liste est ici.
  • Si vous êtes apprenti vous pouvez demander une aide à votre CFA, dont le montant est fixé à 500 €.
  • Si vous avez déjà travaillé, créez en ligne votre Compte Personnel de Formation (CPF), vous verrez si vous avez droit au financement de votre permis de conduire. Vous pouvez obtenir cette aide dans le cadre d’un véritable projet professionnel.
  • Demandez à votre commune si elle verse des bourses au permis de conduire et/ou au conseil général de votre département ou au conseil régional. De plus en plus de collectivités locales financent en effet le permis (de 50 à 80%) sous conditions (revenus, motivation, projet professionnel) en échange d’heures de bénévolat.
  • Si vous avez plus de 18 ans, vous pouvez choisir la conduite supervisée. Il s’agit d’une forme de conduite accompagnée qui permet de payer moins d’heures en auto-école. Cela est possible si vous avez déjà fait effectué au moins 20h de conduite avec un moniteur.

D’une manière générale, il est possible de cumuler plusieurs aides pour payer son permis.

Si le carburant est trop cher pour votre budget :

  • Si vous êtes salarié, le gouvernement a élargi le dispositif des indemnités kilométriques pour les grand rouleurs (60 à 70 km par jour) équipés de véhicules de 3 ou 4 chevaux. Mais tout le monde attend les nouvelles règles de calcul. Rendez-vous sur ce site pour en savoir plus.
  • Si vous habitez (ou allez habiter) dans les Hauts-de-France, le Conseil régional accorde un chèque transport de 20 € par mois à ceux qui font plus de 30 km aller. Ainsi qu’à ceux qui travaillent en horaires décalés (à des heures ou les transports en commun ne fonctionnent pas). Pour l’obtenir, votre salaire doit être inférieur à 2 SMIC. Il faut remplir une demande ici.
  • Votre entreprise peut mettre en place un chèque transport. Ce n’est pas obligatoire. Mais si elle le fait, tous les salariés qui font un trajet avec leur véhicule personnel y ont droit. L’employeur décide de son montant.
  • Pensez aussi au covoiturage qui peut faire baisser vos dépenses en carburant.

Il faudra mettre à jour sur les possibles nouveaux chèques carburant élargis à toute la France.

 Et vous rejoindrez bientôt votre nouvelle opportunité professionnelle pour ne plus laisser la distance vous éloigner de vos projets…