Guide des salaires dans le BTP 2019

Dans le bâtiment, la grille des salaires est très étendue, des ouvriers aux directeurs de travaux. Pour autant, entre les jeunes qui arrivent sur le marché du travail et les plus expérimentés, et en fonction des régions, il existe de nombreuses différences. Mais une chose ne change pas pour les ouvriers du bâtiment et les ETAM : chaque année, les partenaires sociaux négocient les salaires minimum par catégorie, région par région.

 > À la fin de l’article, téléchargez notre guide des salaires dans le BTP.

Les critères des salaires

En fonction de l’état de l’économie du bâtiment, qui change d’une année sur l’autre, les montants des salaires varient un peu. Mais ils restent malgré tout dans une fourchette stable.

Quelque chose ne change pas cependant, selon la zone géographique de votre entreprise, vous serez plus ou moins bien servi. En effet, les chantiers dans les grandes métropoles, en particulier en région parisienne, permettent des rémunérations plus élevées. D’autant plus que des projets de constructions de grande importance offrent des possibilités sur de longues années. C’est le cas bien sûr dans la Capitale, avec le Grand Paris et la construction des infrastructures pour les Jeux Olympiques de 2024. Mais cela ne signifie pas qu’un ouvrier du bâtiment gagne mieux sa vie à Paris que dans une ville de province. Il faut en effet comparer avec le coût de la vie (nourriture, logement) plus élevé. Si bien que cela revient au même.

C’est du côté des cadres que les salaires, plus élevés bien sûr, ont néanmoins un peu baissé ces derniers temps. En effet, les entreprises ont, pendant quelques années, voulu attirer des profils spécifiques très demandés (directeurs et conducteurs de travaux) avec des salaires élevés. Mais aujourd’hui, cette tendance recule un peu.

 

Les salaires minimum

 

En France, il existe déjà un salaire minimum, le SMIC (qui est actuellement, en 2019, de 1521.22 € brut) pour 35 h de travail. Mais le secteur du BTP a la particularité de fixer, pour chaque région de France, une grille de salaire minimum. Les partenaires sociaux la négocient tous les ans. Puis elle est ensuite inscrite dans la convention collective. Autrement dit, il n’est pas possible pour une entreprise de payer moins ses employés du bâtiment.

Comme vous allez le voir ici avec l’exemple d’une région, pour la première catégorie de personnels, le montant brut est un peu au-dessus du SMIC.

Pour les ouvriers du bâtiment 

Par exemple, en région Bretagne, il a été décidé pour 2019 de rémunérer au minimum les ouvriers du bâtiment de cette façon, selon le niveau de catégorie professionnelle :

  • Pour un ouvrier d’exécution en position 1 :80 € de salaire brut, soit 10.07 €/heure.
  • Un ouvrier d’exécution en position 2 : 1548.00 € de salaire brut, soit 10.21€/heure.
  • Un ouvrier professionnel : 1600.30 € de salaire brut, soit 10.55€/heure.
  • Pour un compagnon professionnel en position 1 : 1 779.50 € de salaire brut, soit 11.73€/heure.
  • Un compagnon professionnel en position 2 : 1 922.70 € de salaire brut, soit 12.67€/heure.

Notons que les diplômes ont une importance dans le coefficient. Ainsi, si vous avez 2 diplômes au moins, de Niveau 5, le salaire minimum auquel vous avez droit correspond à 110% du salaire normalement appliqué.

 

Pour les ETAM

En Bretagne toujours, les ETAM (employés, techniciens, agents de maîtrise) ont droit quant à eux à une grille de salaires plus simple. Sans coefficient, divisée en 8 catégories, de A à H, elle fait aussi passer le niveau de salaires du simple au double :

  • Le niveau A est à un montant minimum de 1 555 € brut
  • Au milieu (niveau D) : 1896 €.
  • Et enfin, un ETAM de niveau H peut toucher au minimum 2947€ brut.

 

Quel salaire pour vous, ouvrier ou ETAM du bâtiment ?

 

 

Comme nous venons de le voir, il y a un salaire minimum par région – lui-même relevé par rapport au SMIC. Ce qui signifie que vous pouvez toucher ce montant, ou plus. Pour obtenir un meilleur salaire, tout dépend de votre employeur. Il peut décider, ou non, en fonction de la santé de son entreprise, de vous donner une rémunération plus élevée.

Quant à l’ancienneté, elle ne concerne pas le salaire en tant que tel. Mais, en fonction de votre employeur qui peut ou non le décider, ou de votre caisse de congés, vous pouvez bénéficier d’une prime d’ancienneté. Elle vient compléter votre salaire.

Ajoutez à cela vos différents diplômes (C.A.P, Brevet professionnel, brevet de technicien, Bac pro, etc.), et les capacités que vous aurez acquises dans vos emplois précédents. Ainsi que votre technicité, votre savoir-être, qui sont les principales caractéristiques d’embauche tout comme du montant de votre salaire.

Connaître les salaires du BTP dans sa région est très important lors de l’entretien d’embauche. En effet, cela vous permet de répondre à la fameuse question de vos “prétentions salariales”. Et, bien entendu, rien ne vous empêche de proposer un salaire un peu plus haut que le salaire minimum, en fonction de vos capacités.